Les formalités pour immatriculer un scooter électrique

Dernière mise à jour: 29.07.21

 

De nombreux pays encouragent de plus en plus la conduite écologique dans le but de diminuer autant que possible l’émission des gaz qui sont responsables de la pollution de l’air. En France, les autorités incitent tous les citoyens à opter pour des moyens de transport plus fiables comme les scooters électriques. En revanche, ils doivent être immatriculés avant de pouvoir circuler sur la route.

 

Conduire un scooter électrique

L’acquisition d’un scooter électrique constitue un geste important envers la nature puisqu’il contribue à réduire les émissions de gaz toxiques. Par ailleurs, il ne nécessite pas beaucoup d’entretien comme le modèle thermique, car il intègre une petite quantité de pièces mobiles. En outre, la batterie utilisée sur ce type de moto est amovible afin de faciliter la recharge. Aussi, il vous fera profiter d’une conduite plus agréable. Contrairement au scooter thermique, l’électrique possède plus de couples lors du démarrage. De plus, ce dernier est particulièrement silencieux sur la route. Enfin, le scooter électrique est également apprécié pour sa capacité à vous faire réaliser d’importantes économies. Si vous êtes finalement convaincu d’en acheter, trouvez ici une sélection des meilleurs produits.

 


 

Immatriculer un scooter électrique

Suite à l’achat d’un scooter électrique, vous devriez vous assurer que tout est en règle avant de vous en servir. Parmi les obligations, il y a l’immatriculation de ce véhicule que vous devriez faire immédiatement après l’acquisition. Pour ce faire, vous devriez faire une déclaration auprès du ministère des Transports. Cette initiative vous permettra d’obtenir un certificat d’homologation provenant de l’UTAC.

Une fois que vous avez en main l’homologation, vous pouvez enfin déposer une demande sur le site de l’ANTS ou Agence nationale des titres sécurisés pour acquérir une carte grise. Dans la plupart des cas, c’est au revendeur de votre scooter de vous délivrer ce document. Après cela, vous avez certainement obtenu un numéro d’immatriculation. À ce moment, vous pouvez fabriquer une plaque et commencer à circuler sur la voie publique.

 

L’homologation des scooters électriques

Pour circuler librement sur les routes, tous les véhicules à deux roues devraient obtenir une homologation. En revanche, cette obligation affecte particulièrement les modèles qui circulent à une vitesse de 24 km/h et plus. Sachez alors que si vous ne possédez pas d’homologation, vous risquez de payer une lourde amende. C’est pourquoi il est recommandé de déclarer votre véhicule afin d’avoir la carte grise et l’immatriculation.

Vous devriez également savoir ce que dit la loi au sujet des scooters électriques homologués. Pour commencer, tous les deux roues doivent obligatoirement être immatriculés. La souscription à l’assurance fait aussi partie des étapes à ne pas négliger afin que vous puissiez payer les dégâts si jamais vous êtes victime d’un accident. Cette souscription est aussi valable si vous êtes victime. En outre, toute personne qui souhaite conduire ce genre de véhicule doit avoir au moins 14 ans.

Afin d’éviter les accidents, vous devez vérifier que votre scooter est doté de tous les systèmes de sécurité. Les scooters électriques ayant une capacité qui ne dépasse pas les 50 CC ne nécessitent pas de permis. Contrairement aux modèles de 125 cm3 qui requièrent que le conducteur détient un permis A, A1, A2 ou encore B pour ceux qui ont obtenu leur permis avant le mois de Mars 1980. Évidemment, le port de casque et de gants ayant reçu l’homologation CE fait également partie des obligations à remplir.

Sans oublier le respect des codes de la route pour que vous puissiez circuler facilement sur la route. D’un autre côté, votre scooter devrait comporter les équipements comme les rétroviseurs, les feux de stop, les clignotants. La présence de catadioptres de couleur orange sur la partie latérale, rouge à l’arrière et blanc à l’avant est également requise.

 


 

Les critères de choix d’un scooter électrique

S’il s’agit de votre premier scooter électrique, vous aurez certainement des difficultés à choisir. Voici quelques points sur lesquels vous devriez vous pencher avant de passer à l’achat. En tenant compte de ces informations, vous pourrez faire le bon choix.

Vous devez principalement déterminer l’usage que vous comptez faire de votre scooter électrique. Pour ce faire, il faudra définir la distance à parcourir chaque jour, le moyen pour pouvoir charger la batterie et le type de trajet que vous réalisez le plus souvent. Ensuite, il faudra vous informer concernant la législation des scooters électriques. En effet, ce genre de véhicule nécessite l’obtention d’une immatriculation avant de pouvoir circuler. En outre, la possession de permis pourrait être requise en fonction de sa puissance. Enfin, vous devriez également considérer le service après-vente proposé par le revendeur en cas de panne.

Lorsque vous avez parcouru tous ces points, il est temps de vous concentrer un peu plus sur les caractéristiques techniques du scooter. Dans un premier temps, vous aurez besoin de tenir compte de la puissance de son moteur. Même si les scooters électriques ne sont pas équipés de cylindre, il existe un équivalent qui permet d’avoir une idée de la performance du véhicule. À titre indicatif, un modèle de 4 kW équivaut à 50 cm3 et convient à une circulation dans la zone urbaine. Quant aux motos affichant une puissance jusqu’à 8 kW, ils ont un moteur de 125 cm3 et s’adaptent aux usages routiers. Au-delà des 8 kW, ils peuvent être conduits sur les rocades et les 4 voies.

Le type de batterie utilisé est aussi déterminant dans votre choix. Tout d’abord, il y a les modèles fixes qui restent à l’intérieur du scooter. Pour la recharge, il faudra donc qu’il y ait une prise. Ensuite, vous avez les batteries amovibles qui peuvent être retirées afin de simplifier l’alimentation. Ici, vous pouvez les transporter partout où vous disposez d’une prise de courant. Quant à l’autonomie, elle varie beaucoup et peut atteindre plus d’une centaine de kilomètres.

Pour les habitués de scooter, la taille des roues n’a pas vraiment d’impact sur la conduite. En revanche, ce critère pourrait être déterminant si vous vous initiez dans le domaine des deux roues. Dans ce cas, mieux vaut opter pour un modèle doté de grandes roues tout en étant léger puisqu’il offre une meilleure stabilité.

 

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES