Le jeu de paume à l’origine du tennis d’aujourd’hui

Dernière mise à jour: 16.04.21

 

Que vous pratiquiez ou non le tennis, savoir son histoire et son évolution au fil des années peut être utile. Ce sport existe maintenant depuis des années et ne cesse d’évoluer et d’attirer de plus en plus de joueurs. Une simple activité a été son origine si aujourd’hui on compte de nombreux professionnels, clubs et compétitions.

 

Le tennis et son commencement

Après des séances de pratique ou après avoir visionné des matchs, vous vous êtes sûrement déjà demandé qui a pu trouver l’idée de ce jeu. Comme toute activité, le tennis a ses origines.

 – L’ascendant : Le jeu de paume

Hormis le tennis, plusieurs sports ont pour origine le jeu de paume. Parmi ceux-ci, figurent la pelote basque, le squash et le badminton. Au début, soit au XIIIe siècle, en France, ce mode de jeu a vu le jour. Des moines se sont amusés avec une balle appelée esteuf avec la paume de la main, d’où le nom de cet ancêtre du tennis. Lors de cet exercice, ils ont fait rebondir la balle en faisant usage des poutres, des murs et du sol. Il ressemble ainsi à un tennis intérieur. Ce jeu a, au fil du temps, connu des améliorations. 

Au début, seule la main a été utilisée et dans certaines situations, ce membre a été recouvert par des gants. Au XVe siècle, on a opté pour du cordage, et ce, dans le but de diminuer la douleur qui se faisait ressentir après quelque temps de jeu. En effet, les balles ou esteufs étaient composés de chaux ou conçus avec du cuir. Des battoirs en bois ont alors été fabriqués, mais avec des constructions grossières avant l’apparition de la première raquette au XVIe siècle. Cet accessoire avait un manche long ainsi qu’un cordage de mouton.

L’origine du tennis connu, il reste plusieurs questions non répondues telles que les différences du jeu de paume et du tennis actuel ? La première concerne les raquettes qui étaient de construction grossière avec des cordages tendres. La seconde se situe dans la texture de la balle utilisée qui était en ce temps en laine comprimée couverte de cuir. Cela rendait complexe le rebond, ce qui fait que le jeu a nécessité un certain type de surface dure. La troisième se rapporte à la position du filet qui est plus élevée et courbée. Le terrain était également plus large.

En son temps, le jeu de paume s’est présenté sous 2 formes : la courte paume dans une salle et la longue paume à l’extérieur, en plein air. Il a surtout attiré les humanistes et les étudiants, mais au début de XIVe siècle, il a été apprécié par une grande partie des français, y compris les éducateurs et ceux issus de la noblesse. Ce jeu a d’ailleurs été nommé en tant que Jeu des Rois, car même Henri IV, François Ier, Charles IX et Henri II se sont professionnalisés dans le domaine.

Henri II est celui qui s’est le plus démarqué parmi tous ces rois, si la mort de Louis X par contre a été provoquée par la passion de l’activité. En effet, après avoir joué, il est allé dans la cave de son château pour se désaltérer. Cela a provoqué une pneumonie qui a été la cause de son décès quelques jours après. C’était ainsi un loisir très apprécié des souverains, car certains ont dû être appelés plusieurs fois au Tripot lorsqu’il y avait des obligations urgentes.

Cela a été ses débuts, mais le jeu de paume s’est aussi propagé dans le reste du monde. En 1876, les États-Unis l’ont reconnu grâce à Mary Ewing Outerbridge qui l’a nommé en ce temps Real Tennis ou Royal Tennis. Les autres pays tels que l’Espagne, l’Italie ou l’Allemagne, quant à eux, l’ont connu en tant que Court Tennis au XVIe siècle.

 – L’apparition du nom tennis

À l’époque médiévale, celui qui servait lors du jeu de paume, ancêtre du tennis, avait une habitude. Tout en lançant, il disait « Tenez » qui avait pour impératif « Tenèts » en ancien français. Lorsque les Anglais observaient le jeu, ils ont déformé le mot suivant leur accent d’où Tenis. C’est ce vocabulaire qui est à l’origine du mot tennis.

Il en est de même pour le mot « court » qui aujourd’hui désigne le terrain de tennis. Vu qu’il a été pratiqué dans la cour des châteaux des rois, le terme est apparu. Quant au service, la coutume obligeait que cela soit un serviteur royal qui mettait la balle en jeu.

L’histoire du Tennis

 – 1874 : la création par Wingfield

4 siècles après la pratique du jeu de paume, le tennis est né en France. Le major Walter Clopton Wingfield, un retraité de l’armée des Indes, s’est adonné à un jeu de balle avec une raquette, à compter du Noël 1873. C’était une activité qui combinait jeu de racket et jeu de paume. Après quelques mois, précisément le 23 février 1874, le major Walter a breveté le Sphairistiké qui signifiait art de la balle en grec. Cela s’est déroulé à Londres, à la chambre des métiers. En 1877, il a modifié le nom en Lawn-Tennis. Ce dernier est une appellation en anglais qui se traduit en jeu de Paume sur gazon en français.

Si le Major Wingfield est connu pour l’avoir inventé, le major Harry Gem fait également partie de l’histoire et sa façon de jouer est d’ailleurs celle qui se rapproche le plus du tennis actuel. Avec Arthur Tomkin, Frédéric Haynes et Perera, il a mis en place le premier club de lawn-tennis du monde.

La conception brevetée du major Wingfield a été mise sur le marché sous forme d’un lot qui comprend :

 – Un filet

 – Des piquets pour l’installation du filet

 – 4 raquettes

Des bandes pour dessiner et marquer le terrain qui devait être du gazon avec une forme de sablier.

Les premières règles du tennis ont, quant à elles, été publiées en mai 1874 avec des révisions avec le Marylebone Cricket Club pour une simplification le 24 mai 1875. C’est également l’année où le All England Club a été fondé dans une prairie à Wimbledon. Cela a été fait par Henry Jones et J.H Walsh.

 – L’évolution du tennis dans le monde

À compter de 1890 à 1900, le tennis a commencé à être présent à l’échelle mondiale. Avant cette période, soit depuis 1878 qui a été l’année d’entrée sur le territoire français, il a été connu sous le terme lawn-tennis avec des compétitions en salle. En 1888, une association nationale a été créée et plusieurs clubs ont vu le jour : Dinard, Cannes et Le Havre. Différents terrains, dont des courts couverts pour l’hiver, ont également été aménagés. Le Tennis Club de Paris avec ses 2 courts a par exemple été bâti en 1895. Les premiers championnats ont quant à eux été organisés en 1981. Ils se sont déroulés sur l’île de Puteaux.

Après cela, plusieurs tournois ont été organisés avec une possibilité de jouer pour les étrangers. Divers établissements ont également construit des courts de tennis pour attirer plus de monde. Une souscription avec une licence pour les joueurs et des autorisations pour les tournois ont alors été requises par la fédération.

En parlant de l’Italie, Bordighera accueille le premier club du pays en 1878 avec pour principaux clients cibles les touristes anglais. Plusieurs terrains se situent aussi à Barcelone. Quant à l’Allemagne, le premier club se trouve à Baden-Baden en 1881. En Norvège, la création de court de tennis s’est faite à Tullgarn la même année. Pour ces pays, voici les années où le sport a connu une évolution : 1889 : Portugal, 1890 : Belgique et 1882 : Pays-Bas.

En ce qui concerne les États-Unis, en 1876, un premier club a été créé dans La Nouvelle-Orléans. 5 ans après est apparu l’US. L’Australie a découvert le tennis en même temps que l’USA, mais son Open n’a vu le jour qu’en 1905. Le monde a ainsi connu et pratiqué cette activité aux alentours de 1900, c’est pourquoi une fédération internationale a été créée en 1912. Elle a été nommée IFLT avant de devenir IFT ou fédération internationale de Tennis. Cette dernière a pour mission de favoriser et de préserver les avantages au niveau mondial.

Si le jeu a été ouvert aussi bien aux hommes qu’aux femmes depuis ses débuts, les tournois ne l’ont pas été. Ce n’est qu’en 1879 que la première compétition féminine a vu le jour. Cela a été organisé par Dublin. Le Wimbledon n’a, quant à lui, été autorisé aux femmes qu’en 1884 avec Maud Watson et Charlotte Dod qui l’ont remporté en premier.

 – La révolution de 1968

Continuons l’histoire du tennis avec les périodes les plus marquantes. Dès l’année 1900, divers tournois ont été organisés, y compris au niveau international. C’est d’ailleurs en cette période qu’a été créée la Coupe Davis par Dwight Davis. C’est une compétition en équipe qui est devenue la plus grande et le tournoi de tennis le plus ancien du monde. Le Roland Garros, un tournoi également renommé, a, quant à lui, débuté en 1925. Avec cette évolution, les joueurs ont dû également rénover leur mode de jeu et leur raquette de tennis.

Dans les années 20, les Français ont connu du succès dans ce sport, car durant 6 ans, ils ont pratiquement gagné une grande partie des compétitions les plus connues. C’est le cas de la coupe Davis et du Grand Chelem. Cette réussite a été en partie due à Henri Cochet et aux mousquetaires : René Lacoste, Jean Borotra, « Toto » Brugnon. Cela s’est terminé en 1932 où Cochet a gagné Roland Garros.

Les Américains ont pris le relais en dominant les compétitions dans les années 30. Les joueurs qui se sont démarqués sont : Fred Ferry, Helen Wills et Donald Budge. Mais comme tous les sports, le tennis a connu un temps de pause durant la Seconde Guerre mondiale, et cela a duré 5 ans. Les succès des Australiens ont été les prochains évènements marquants du tennis, car leur monopole a duré pendant les années 50 et 60. Ils doivent cela à l’entraîneur Harry Hopman qui a eu à ses côtés Fred Stolle, Ken Rosewall et Lewis Hoad, Roy Emerson, Rod Laver et Margarette Smith Court. Cette dernière a dominé le tennis féminin et a obtenu une reconnaissance.

Dans les années 60 et 70, nombreux sont les joueurs qui se sont démarqués, comme la Française Françoise Dürr, Arthur Ashe et l’Américaine Maureen Connolly. Arthur Ashe s’est distingué vu qu’il était le premier noir américain qui a remporté le grand Chelem. Maureen Connolly a, quant à elle, gagné le Roland Garros en 1967.

Si auparavant le tournoi était réservé aux amateurs, les professionnels se sont tournés vers les matchs d’exhibition sponsorisés. Avec ces derniers, leur gain était maximal, contrairement aux compétitions. C’est en 1968 que All England Club décide de donner la possibilité aux professionnels de jouer à Wimbledon. Même si la IFLT s’y est opposée au début, elle a fini par l’accepter. Les diverses compétitions ont alors suivi cette règle. Cette même année, l’IFLT a attesté cette demande en choisissant le terme Open pour les tournois concernés, ce qui signifie ouvert aux amateurs et aux professionnels.

Toujours dans l’évolution de l’histoire du tennis, les Australiens ont également marqué leur présence dans les années 70. Rod Laver a été le principal acteur. Les Américains, les Suédois et les Roumains avec Jimmy Connors, John McEnroe, Bjorn Borg, Nastase et Tiriac ne sont pas non plus à oublier. Une révolution dans les techniques de jeu de tennis a été vue avec Bjorn Borg.

Mais les femmes ne sont pas pour autant délaissées, car les Américaines Martina Navratilova et Chris Evert Lloyd ont dominé le tennis féminin.

Le premier classement mondial n’a été sorti que le 23 août 1973 par l’ATP ou l’association professionnelle du tennis. Ilie Nastase, un Roumain a alors été en haut de la liste durant cette année. Voyant cela, les joueuses féminines ont décidé d’instaurer une même association, mais dédiée uniquement aux femmes. Elle a été nommée WTA et a établi son premier classement mondial en 1975.

 

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments