Amateurs de combat médiéval ? Pratiquez le Béhourd !

Dernière mise à jour: 29.07.21

 

Revivez les époques glorieuses de la chevalerie dans le Championnat de France de Béhourd qui remontent aux temps anciens. L’artillerie classique et les équipements nécessaires seront au rendez-vous pendant cette compétition. Envie de participer à cette prestation et à cette démonstration de force ? Découvrez le déroulement et tout ce qu’il faut connaître sur le Béhourd, ce sport qui n’a pas perdu son charme depuis ses débuts.

 

Histoire et origine

S’il a été laissé aux oublis depuis les époques anciennes, le Béhourd renaît de ses cendres dans les années 1990 sur le territoire de la Russie. Avec le temps, la pratique se répand en Europe de l’Est, plus précisément en Biélorussie et en Ukraine. Il parcourra ensuite les régions avant de s’étendre sur toute l’Europe.

Actuellement, la compétition la plus importante est la Bataille des Nations sous l’organisation de la ligue HMB. Ce tournoi international met en concurrence des équipes nationales ainsi que la ligue IMCF qui organise un championnat avec différentes catégories.

Pendant les batailles, les armes et l’armure de combat revêtues par les participants doivent obligatoirement venir de la même région qu’eux et de la même époque (1202 et 1999). À l’instar des séances de reconstitutions de batailles historiques, le Béhourd est estimé comme un sport conditionné par des règles et a alors besoin de la présence de juges qui vont pouvoir arbitrer selon les lois établies.

Afin de rester dans le cadre du sport médiéval et du fair-play, le matériel utilisé est méticuleusement contrôlé avant les rencontres. D’ailleurs toutes les armes qui seront employées ne sont pas aiguisées pour éviter les blessures graves.

Le combat de Béhourd est donc un sport de combat individuel ou en équipe qui se dispute dans une arène close où un concurrent est considéré comme perdant s’il tombe au sol. Lors des épreuves en équipe, il faut attendre que tous les membres soient à terre pour proclamer l’équipe adverse vainqueur. Pour finir, un combat de béhourd se tient sur 2 rounds gagnants.

 

Histoire de la Bataille des nations

En 2009, lors d’un festival qui s’est tenu à Kharkov en Ukraine, la première discussion sur l’organisation de ce championnat a été entreprise. A part les détails techniques de la gestion, les règlementations internationales ont été également conçues pendant cette rencontre. À cause du fait que chaque pays instaure son propre règlement pour les tournois nationaux, l’établissement d’une règle commune pour les compétitions internationales est un atout.

Ainsi la première compétition s’est réalisée dans la forteresse de Khotin en Ukraine qui a débuté le 30 avril jusqu’au 3 mai 2009. Pour cette inauguration, seulement 4 pays ont envoyé des athlètes, à savoir : la Russie, la Pologne, la Biélorussie et l’Ukraine qui jouissait également du statut d’organisateur. L’effectif des combattants a été recensé à plus de 200 lors de cet évènement historique.

La prochaine édition s’est tenue sur le même territoire et toujours sous l’égide du précédent organisateur. On est donc resté en Ukraine dans la forteresse de Khotin. Cette seconde vague est marquée par la présence d’une équipe venant du Québec, et ce sera la première participation d’une équipe qui n’est pas issue du territoire européen. L’Allemagne et l’Italie rejoignent également la compétition. Lors de la 3e édition en 2012, c’était au tour de la Pologne d’être l’hôte de l’évènement. Les participants étaient déjà au nombre de 12, dont l’Autriche, Les USA, l’Israël, l’Estonie, la Lettonie, le Danemark et la Lituanie qui combattaient pour la première fois dans la bataille des nations.

L’édition de 2013 quant à elle s’est tenue en France dans la région d’Aigues-Mortes pendant laquelle 11 nouveaux pays y ont participé. On citera notamment le béhourd France qui organise, l’Australie, la Belgique, le Japon, la Slovaquie, le Luxembourg, la République tchèque, l’Espagne, le Royaume-Uni, etc. Cette 3e édition a donc vu participer 22 nations pour le plus grand plaisir des passionnés qui n’ont fait que s’accroître depuis ses débuts en 2009.

Lors de la 10e édition de l’année 2019, plusieurs nouveaux pays débarquent. On assistera à la participation de l’Afrique du Sud, la Norvège, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et la Roumanie. Pour célébrer ce 10e anniversaire, des catégories encore plus impressionnantes se créent comme le 12 contre 12, 30 vs 30 et le phénoménal 150 vs 150 vient s’ajouter au traditionnel 5 vs 5 et aux duels.

Cette rénovation est un succès en termes de popularité, car l’évènement accueille cette année-là plus de 20 000 visiteurs venant du monde entier. Sur la toile, les vidéos partagées atteignent les millions de vues qui attestent le grand engouement des amateurs. Cette 10e édition est la première où un pays occidental (Royaume-Uni) monte sur l’estrade des vainqueurs avec une médaille de bronze dans la catégorie 5 vs 5.

 

Organisation des compétitions

En accord avec la législation mise en place, une équipe représentant sa nation se constitue d’au moins 5 jusqu’à 50 membres. La sélection de ses athlètes se fera par le biais de la fédération de béhourd nationale. Les compétitions internationales sont gérées par la fédération internationale Historical Medieval Battle International Association.

À cause de plusieurs circonstances actuelles qui peuvent entraver le déroulement d’un tel évènement, il a été décidé que la Bataille des Nations sera bisannuelle. Si la dernière édition a pu se faire sans encombre en 2019, la prochaine se tiendra cette année (2021) pour respecter le calendrier.

 

Règlement du Béhourd

Pour toutes les batailles, il y a des règles internationales universelles qui régissent les déroulements de chaque épreuve. Elles se réfèrent plus précisément à des techniques d’attaque qui sont considérées comme traumatisantes à l’exemple des clés de bras et des jambes. Des règles sont également établies en ce qui concerne les armes et leur éligibilité à ce tournoi.

Il va s’agir de vérifier la pertinence historique ainsi que la disposition actuelle pour réduire les blessures graves. On soulignera aussi l’interdiction d’utiliser et d’infliger des coups d’estoc qui pourraient éventuellement traverser la visière de la victime. Les attaques au niveau du genou, des pieds et la nuque sont proscrites pour limiter la violence. Connaître les règles de base vous évitera donc une disqualification injuste.

Pour les compétitions nationales qui n’opposent que les pratiquants d’un même territoire, les règles de combat peuvent être différentes. Toutefois, les premières règles unifiées ont été établies spécialement pour le championnat international appelé Bataille des nations. Tous les athlètes qui participent n’ont donc pas à s’inquiéter de la prise en compte des règlements du pays organisateur.

Les différentes catégories du Béhourd

Ce sport de combat est aussi pourvu de plusieurs catégories pour élargir au maximum le profil des participants. Quel que soit l’effectif, le nombre des membres de chaque équipe doit être le même pour un affrontement équilibré.

On retrouve alors la catégorie de duel que l’on nomme triathlon ou profight, les 5 contre 5 pour la ligue HMB et IMCF, les 10 contre 10 pour IMCF uniquement, les 12 contre 12 pour HMB seulement, les 16 contre 16 pour IMCF, les 30 contre 30 et les 150 vs 150 pour la ligue HMB.

Outre les affrontements dans la grande violence et une ambiance de bataille, les combats peuvent aussi se faire sous forme de duel courtois. Dans ce cas de figure, on ne prend en compte que les touches à l’épée qui excluent tous types de projections au sol et les coups de pieds.

Dans le style profight par contre, tous les coups sont autorisés pour mettre l’ennemi à terre. On peut donc se servir de toutes les techniques conformes aux règlements pour vaincre. Même une fois qu’un adversaire est au sol, l’attaque est toujours permise pour récolter des points jusqu’à la décision d’interruption donnée par l’arbitre. La préparation et l’entraînement sont alors primordiaux si l’on veut être apte à gagner.

 

Déroulement de l’évènement (tiré de l’édition 2016 en France)

Conformément à la tradition, 10 chevaliers se tiennent face à face pour débuter le Béhourd avec l’épreuve initiale. La première équipe se compose des combattants membres d’Aquila Sequania, tous équipés d’armure médiévale lourde et de tabards bleu et jaune qui sont les couleurs de la Franche-Comté. Leur appellation est l’assemblage du mot aigle en latin et du nom ancestral de leurs régions.

En face, il y a les Bécuts de Gascogne portant des apparats rouge et bleu, hanches aux poings, épées et hallebardes. Ils tirent leurs noms d’un monstre légendaire (cyclope géant) qui vivait dans leurs régions. La pression est palpable dans les 2 camps qui se présentent sous des regards tendus, avec une sueur abondante et la veine gonflée à bloc.

Cette épreuve n’a pas de mission particulière comme la protection d’un Roi ou encore la conquête d’une princesse, les athlètes sont juste là pour s’affronter. Il s’agit en fait de la première épreuve du Championnat de Béhourd que l’on nomme full-contact médiéval. Les 2 équipes vont ensuite s’affronter 5 contre 5, et cela représente la discipline reine. Une fois que l’arbitre abaisse son drapeau rouge, les combattants se jettent les uns sur les autres dans une ambiance violente et des bruits de métal qui se heurtent intensément.

Une fois qu’une équipe prend le dessus sur une autre et que plus aucun de ses membres n’est debout, les combattants d’en face obtiennent la victoire. Dans le béhourd les règles restent très simples, quel que soit le nombre de participants à une épreuve (équipe de 1, de 5 ou de 21). Si un concurrent tombe pendant une baston, il est considéré comme éliminé.

En dehors de cette règle, il n’y a qu’un mot prioritaire : la bagarre. Avec l’équipement médiéval que les athlètes ont sur le corps, il n’y a aucun risque que des blessures graves surviennent. La violence fait d’ailleurs partie du charme de cette compétition de Béhourd. Si l’on n’est pas près de recevoir des coups d’armes anciennes et de guerriers sans pitié, le mieux serait de choisir un sport moins extrême.

Il faut aussi savoir que le fait d’enfiler cet accoutrement traditionnel prend plus de 10 minutes et l’on devra passer par une analyse des détails. Avant de débuter le tournoi de béhourd, les équipements sont contrôlés pour vérifier qu’ils respectent bel et bien les exigences. Dans le cas contraire, il faudra trouver un accessoire de remplacement avant que la compétition commence. Néanmoins, les règles concernant les armes et armures médiévales de combat sont assez simples à comprendre donc il est rare qu’un concurrent soit exclu pour non-conformité de sa tenue et de ses attirails.

D’ailleurs, tous les outils et les armes employées sont authentiques et datent du XIVe et du XVe siècle. Si cette pratique vous intéresse, sachez que ce n’est pas la passion la moins coûteuse. En effet, l’armure à elle seule s’achète à plus de 1500 euros sur les magasins en ligne. Pour dénicher un apparat moins cher, il faut privilégier les fournisseurs du pays de l’Est. Cependant, il ne faut pas oublier de choisir des outils originaires du pays d’où l’on vient si cela est possible pour vous.

En tout, il faudra près de 50 minutes pour mettre tous les accessoires de combat sur le guerrier. Il sera par la suite alourdi de 8 kilos vu que les équipements ont une charge conséquente à cause des matériaux de fabrication. Il faut aussi prévoir des aides extérieures pour réussir à enfiler la tenue correctement sans perdre trop de temps. Les amis et les parents font d’ailleurs d’excellents écuyers et cela leur donne l’occasion de partager la passion des affrontements médiévaux.

 

Préparation et entraînement

Si la pratique tend à être semblable aux temps anciens de la grande chevalerie, les entraînements ont évolué avec l’avancée contemporaine. Comme pour tout sport de combat moderne, il faudra acquérir des accessoires comme le sac de frappe pour se perfectionner. À ces préparations basiques s’ajoutent le combat en armure, le CrossFit ainsi que le powerlifting. Tous les équipements devront également être testés à l’avance pour connaître leur conformité avec la réglementation en vigueur. 

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES