Tout sur le taekwondo

Dernière mise à jour: 27.09.21

 

Les Jeux Olympiques de Tokyo approchent à grands pas et comme quelques sports de combat, le taekwondo est présent. Vous voulez apprendre à vous défendre, inscrire votre enfant, ou tout simplement tout savoir sur l’art martial, on vous invite à lire cette page.

 

Une petite leçon d’histoire

Le taekwondo est originaire de Corée et le terme signifie littéralement «  la voie des pieds et des poings ». Les premières traces de l’existence de l’art de combat remontent à Koguryo où le pays était encore partagé en 3 royaumes séparés. C’est sous le règne d’un souverain de Silla que l’ancêtre du sport olympique s’est développé le plus avec l’unification des 3 territoires grâce aux prouesses des guerriers Hwarangs, une sorte d’élite de l’époque. 

L’ancêtre de l’art martial est devenu une discipline militaire avec notamment un souverain du nom de Chong-jo qui a répertorié tous les arts martiaux du pays dans un ouvrage. Une partie de celui-ci est toujours utilisée comme dessin de taekwondo dans les entraînements de la discipline olympique.

Le sport a même survécu à l’occupation japonaise, malgré les efforts de l’empire nippon à effacer les traces de cultures coréennes. À la fin de la domination du voisin asiatique, la discipline en tant qu’art martial a vu le jour, avant de créer la Fédération internationale en 1973. Il est devenu une discipline olympique en 2000 pendant les Jeux de Sydney après avoir été un sport de démonstration dans les Jeux de Séoul en 1988.

 

Les 3 axes de la discipline

L’art martial coréen est composé de 3 grands axes qui sont :

La technique traditionnelle

C’est une technique traditionnelle qui a pour objectif de coordonner le corps et l’esprit tout en cherchant à développer les réflexes et les mouvements de combats à travers :

 – L’entraînement en ligne ou le Kibon

 – L’étude des points vitaux

 – L’entraînement en solo des « formes » ou Poomsae

 – L’entraînement à 2 ou le Han Bon Kyorougi

 

Le Hoshinsool ou self-défense

Le « Hoshinsool » qui se traduit littéralement par « protection du corps par la technique » est un moyen de self-défense. Il comprend notamment plusieurs mouvements comme les clés et les prises de soumission parmi tant d’autres. La technique de cette discipline prône plutôt la maîtrise et essaie autant que possible d’éviter l’utilisation de la force de manière inutile.

 

Le combat olympique

Le combat olympique est le côté moderne de la discipline que nous apercevons à travers les compétitions spectaculaires sur les médias. Les athlètes s’affrontent pendant un combat de 3 rounds en portant des protections. 

 

Quels sont les bienfaits de la pratique du taekwondo ?

C’est à la fois une éducation de votre corps et de votre esprit. Voici les différents avantages :

 – Après quelques mois de pratique, vous serez capable d’améliorer votre capacité de concentration ainsi que la coordination de vos muscles.

 – Il permet de vivre sainement avec une bonne hygiène de vie.

 – Il vous donne la possibilité d’améliorer votre agilité et votre flexibilité ou votre souplesse.

 – Des valeurs morales comme le respect d’autrui.

 

Quel est l’avantage du taekwondo pour un enfant ?

Ce n’est pas seulement un sport, c’est une école de vie pour votre enfant, car il permet  :

 – de développer son esprit de compétition 

 – d’apprendre à tomber et à se relever

 – d’enseigner l’humilité

 – de dépenser de l’énergie

 – de développer les réflexes

 – de canaliser l’agressivité surtout pour les hyperactifs

C’est un sport qui n’est pas dangereux pour les enfants à condition d’être pratiqué à partir de 6 ans.

Quelle condition physique pour pratiquer le taekwondo ?

Vous n’avez pas besoin d’être super-musclé pour pratiquer l’art martial coréen. Cependant, c’est un sport qui nécessite une bonne condition physique. Vous devez si possible aller dans un club après avoir fait quelques séances de cardio. Un petit renforcement musculaire du bas du corps est également conseillé même si vous ne devez pas pousser trop fort sinon vous perdrez en vitesse.

 

Peut-on pratiquer le taekwondo si on n’est pas souple ?

Le taekwondo sur dessin ou sur vidéo est assez spectaculaire avec des enchaînements à donner le tournis. Vous pouvez quand même pratiquer l’art martial d’origine coréen même si vous êtes raide comme un bâton. Votre flexibilité va s’améliorer après plusieurs semaines voire quelques mois, mais vous devez effectuer des séances d’étirements tous les jours, car c’est ce que font les pratiquants. Pour un enfant, ce sera plus facile, mais pour un adulte, le temps sera un peu plus long même si c’est possible.

 

Quel sont les équipements utilisés ?

Le dobok

Votre tenue s’appelle le dobok, mais non le kimono comme il se fait en karategi. En général, elle est de couleur blanche avec une ceinture qui dépend du niveau du pratiquant et un pantalon de la même couleur.

Le plastron

Le plastron est destiné à amortir les coups pendant une compétition ou lors d’un entraînement. La Fédération Internationale utilise à présent des modèles électroniques afin de réduire au maximum l’erreur humaine lors de la comptabilisation des points.

Le casque

Puisque les pratiquants de l’art martial sont très souples, ils peuvent facilement atteindre la tête de leur adversaire. C’est la raison pour laquelle ils font partie des équipements pendant une compétition ou un entraînement. Les compétiteurs sont d’ailleurs encouragés à toucher la tête, car un coup dans cette partie du corps vaut 4 points.

Pour les pieds

Il existe 2 écoles de pensées concernant les pieds, avec la première qui est en faveur de la pratique du sport avec des membres inférieurs nus tandis que la deuxième prône l’utilisation d’une paire de basket spéciale. Si vous êtes un débutant, il est recommandé de s’habituer d’abord avec les pieds nus.

Le taekwondo par la ceinture

Comme dans la plupart des arts martiaux asiatiques, la progression avec cette discipline se traduit par la couleur de la ceinture. La Fédération Française a mis en place 15 « Keup » qui servent de grade avant pour les enfants et 10 pour les adultes. Les « Dans » quant à eux sont les degrés au-delà de la ceinture noire qui peuvent aller jusqu’au neuvième rang. Voici la signification des différentes couleurs dans le sport de combat traditionnel coréen :

 – Blanche : pour symboliser la pureté et l’innocence de l’apprenant. Tout débutant doit porter cette couleur.

 – Jaune : le deuxième grade qui représente la terre où la technique du combattant commence à prendre racine.

 – Bleue : qui symbolise la couleur du ciel vers lequel se dirigent les habiletés de l’apprenant.

 – Rouge : pour représenter le danger et les risques que représentent des compétences non-maîtrisées.

 – Noire : qui communique la maturité et la maîtrise de la peur et de l’inconnue.

Les règles 

Voici les règles pendant la compétition au niveau mondial :

 – Pour sa protection et celle de son adversaire, le combattant doit porter un casque, une paire de protège-tibias, un plastron et des coudières.

 – Le combattant doit porter un doboc et une ceinture de couleur.

 – Un tatami d’une surface de 64 à 100 m² doit servir de surface de combat, celle-ci varie selon la compétition.

 – Il est interdit de pousser son adversaire, de fuir, de sortir du tatami, de faire semblant de faire une faute en se laissant tomber à terre ou de parler pendant la durée du combat.

 – Pour être comptabilisés, les points doivent être approuvés par 3 juges sur quatre qui sont répartis sur les quatre angles de l’aire du combat.

 – Pour remporter un combat, un compétiteur doit atteindre en premier le score de 12 points ou ayant marqué une différence de 7 points. Un athlète qui atteint le seuil des 8 avertissements ou 4 sanctions se verra déclaré vaincu.

 – Si aucun combattant n’a atteint les points requis, celui qui en a le plus eu obtient la victoire. Si à la fin du troisième round les adversaires du jour n’arrivent pas à se départager, on procède avec un quatrième round où le premier qui arrive à toucher son adversaire s’en sort vainqueur.

 – Les coups de pieds qui touchent la tête de son adversaire valent 3 ou 4 points et ceux qui atteignent le plastron sont valorisés à 2 ou 3 points. Un coup-de-poing est comptabilisé comme un point.

Les différentes techniques 

Voici quelques termes utilisés dans l’art martial traditionnel coréen.

Généralités

 – Mu Do : voie martiale

 – Mu Ye : art martial

 – Mu Sui: technique martiale

 – Ap : avant

 – Tit : arrière

 – Yop : de côté

 – Nullo : descendant en pression

 – Nellyo : descendant en percussion

 – Ollyo : ascendant

 – Tollyo : circulaire

 – Bakkat : vers l’extérieur

 – An : vers l’intérieur

 – Eulgoul : niveau haut

 – Montog : niveau moyen

 – Alé : niveau bas

 – Wen : gauche

 – Oreun : droite

Coup de pied ou « tchagui »

 – Ap tchagui qui constitue la coupe de face

 – Yop tchagui pour le coup de côté

 – Tollyo tchagui qui constitue le coup circulaire

 – Tit tchagui pour le coup en direction arrière

 – Pit ou Bandal ou encore Aptollyo tchagui : coup de pied semi-circulaire

 – Bandé tollyo tchagui ou momtollyo tchagui : coup de pied circulaire retourné

 – Koro pit chagui : pit tchagui en déplacement avec jambe avant

 – Hoeri tchagui qui comprend le coup en rotation à 360 degrés 

 – Modeum bal tchagui : coup de pieds joints

Les coups de poings

Eulgoul balo jileugi : coup de poing au niveau haut sur le côté de la jambe arrière.

Montong (Bandé) jileugi : coup de poing au niveau moyen sur le côté de la jambe avant. 

Où apprendre cet art martial ?

Clubs à Paris

Si vous vivez dans la capitale, voici quelques clubs de taekwondo à Paris parmi les plus réputés :

 – Paris Taekwondo Académie au 87 Rue Léon Frot, 75011. C’est un établissement riche de 25 années d’expérience qui a été champion de la région Ile de France en 2019.

 – Centre international Noro Kinomichi-Takeharu Noro 98 à la Cité internationale Universitaire de Paris, Boulevard des Batignolles 75017.

 – Paris Taekwondo Elite au 17 Boulevard Jourdan, 75014.

 – Taekwondo Paris 15e Circle Edouard Branco au Gymnase de la Plaine, rue du Général Guillaumat, 13, 75015.

 – Le Dojo de grenelle avec l’entraîneur de l’équipe de France au 21,23 rue de l’Amiral Roussin 75015.

 – Taekwondo Club Saint Germain que vous pouvez retrouver à 5 adresses différentes : Gymnase du Lycée Montaigne, 75, rue Auguste Compte 75006 Paris, Gymnase des Patriarches, Bernard Halpern 75005, Gymnase Amyot 75005, Gymnase Vaugirard 75006.

Clubs à Toulouse

Voici les clubs de taekwondo à Toulouse si vous vivez aux alentours :

 – Kefi Taekwondo Toulouse qui est la meilleure pour les enfants à l’adresse : 21 Avenue Frizac, 32 400.

 – Toulouse Club Taekwondo 31 à la Place Saint-Sernin, 31 000

 – Taekwondo Ettkd au Chemin Guillaume et Joseph bouton, 31 100

Clubs à Lille

Voici les clubs de taekwondo à Lille :

 – Tkd Fights Lille au 48 Bis Rue Bourguignon, 5900.

 – L’Association Taekwondo et Arts Coréens Lillois à la 97 Rue d’Esquermes d, 59000.

 – Tkd Fight au 15 Bis chemin des Tailleurs 59650 Villeneuve-d’Ascq.

 – Taekwondo Club Villeneuvois au 61 Boulevard de Valmy, 59650 Villeneuve-d’Ascq.

Clubs à Montpellier

Il existe plusieurs clubs de taekwondo à Montpellier dont les plus réputés sont :

 – Montpellier Tae Kwon Do au 60 Avenue d’Assas, 34090.

 – 3mtkd ou Montpellver Mediteranean Métropole Taekwondo à la 205 Rue Cheng du, 34070.

 – H Team Taekwondo Montpellier au 16 Rue Bonnard, 34090.

Clubs à Lyon

Les clubs de taekwondo aux alentours de Lyon sont :

 – Dojeon Taekwondo Lyon au 4 Rue Vaucanson, 69004.

 – Taekwondo-club au 24 rue Stéphane Coignet, 69008.

 – Lyon Métropole Taekwondo au 11 Rue de Condé, 69002.

Les clubs à Sèvres

Le club de taekwondo à Sèvre se trouve au 45 GdR, 92310.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES